Dans son allocution, Sadou Kéita, le gouverneur de la région de Kankan, a expliqué l’importance du Gonds de Développement Local dans le développement des collectivités locales. « Nous remercions tout d’abord le président de la République et son gouvernement d’avoir initié en l’espace d’un an trois outils pour accompagner le développement de nos collectivités et réduire l’extrême pauvreté de nos citoyens.

A travers ces outils, nous avons compris que le fossé entre la ville et la campagne est en train de disparaître avec les infrastructures qui viennent des aspirations de ces communautés. Ce troisième outil qui est le FODEL, il y a longtemps que ce fonds était rétrocédé à nos communautés, mais il n’a pas été ce que nous attendions. C’est ce fonds qui a été remobilisé pour qu’il serve d’activités génératrices de revenus. Ensuite, il faudrait que les trois outils l’ANIES, l’ANAFIC et le FODEL soient différents dans leurs interventions. Car, c’est le FODEL qui permettra aux maires d’asseoir leur autorité. A déclaré Sadou Kéïta.


L’ouverture de cette session a connu les interventions des maires des six collectivités (Franwalia, Niandankoro, Naboun, kignebakoura, Norassoba et Nounkounkan). Ces élus locaux ont présenté les différentes propositions de projets devant le comité conjoint réunissant des représentants du Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, du Ministère des Mines et de la Géologie et du comité d’appui à la gestion du FODEL.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre