Toujours préoccupé à promouvoir la cohabitation pacifique entre les sociétés minières et les communautés riveraines de la République de Guinée, le Ministre des Mines et de la Géologie, en compagnie de certains cadres de son département, a démarré, une série de visite de sensibilisation en haute Guinée. Mandiana constitue la première étape de cette tournée qui va l’emmener dans plusieurs localités minières.

Lundi 19 septembre, l’exécution de l’agenda de monsieur le Ministre a commencé par une séance de travail avec des responsables de la Société Minière de Mandiana en présence de monsieur le Préfet col. Fodé Soumah. La Société Minière de Mandiana est en activité dans le district de Loyla, dans la préfecture de Mandiana en Haute Guinée. Partie d’un mouvement de colère des communautés riveraines, cette entreprise a été victime d’actes de vandalisme.

Au sujet de cette réunion, le Ministre des Mines et de la Géologie a expliqué le but de cette première rencontre et l’objectif de sa tournée de sensibilisation.

« J’ai entamé une tournée à travers le pays, notamment dans les zones minières pour expliquer aux populations riveraines, la politique générale du gouvernement de la République de Guinée, sous le leadership du Président de la Transition. Il s’agit là d’expliquer ce qui a été fait, dans le secteur minier et aussi, expliquer les perspectives de changement qui vont intervenir » a affirmé Moussa Magassouba.

Monsieur le ministre a aussi écouté avec une attention soutenue, les responsables de la société minière de Mandiana qui a été victime d’actes de vandalisme par des citoyens riverains mécontents.

« Nous avons eu la chance d’écouter la Direction Générale de la société sur les conséquences des révoltes des populations qui sont passées dans la zone de Kodiaran. Nous avons écouté les responsables. Nous avons également écouté la société sur les défis majeurs opérationnels. Elle demande surtout l’implication du Ministère des Mines et de la Géologie et du gouvernement de la République de Guinée pour les supporter afin que la productivité de cette société continue de s’améliorer ».

Cette séance de travail qui marque le début d’une série d’activités que le ministre et sa suite entendent réaliser dans plusieurs localités en vue d’expliquer aux communautés riveraines des sociétés minières les efforts réalisés dans ce secteur depuis l’avènement du CNRD au pouvoir et surtout, l’importance d’adopter un comportement républicain vis-à-vis des investissements.

« Nous allons avoir des séances de réunion avec les communautés avoisinantes pour leur expliquer la politique générale du gouvernement guinéen. Nous allons leur expliquer où est-ce qu’on était avant le 5 septembre 2021 ? Où est-ce que nous sommes à date ? Où est-ce que nous comptons être ? Et quels doivent être les comportements républicains des Guinéens vis-à-vis des investissements. Il faut donc que ces campagnes de sensibilisation soient passées, et nous allons continuer cela demain. Et c’est l’objectif de cette mission » a laissé entendre M. Moussa Magassouba.

Dans la suite d’exécution de son agenda, le Ministre Moussa Magassouba à la rencontre des communautés de Loyla et Kodiaran. Ce mardi 20 septembre, tout a commencé par le district de Loyla, localité relevant de la sous-préfecture de Koundian. Ici, le ministre Moussa Magassouba s’est d’abord mis à l’écoute des sages et des jeunes pour comprendre la situation relative à la cohabitation entre société et riverains.

Dans leurs différents messages, les populations, notamment la notabilité et les jeunes ont souhaité avoir un interlocuteur direct auprès de l’entreprise pour remonter à son niveau leurs éventuelles revendications. Une demande que le ministre a trouvée judicieuse. Cependant, dans son discours, Moussa Magassouba a invité les populations à œuvrer davantage dans la préservation des acquis, mais également des investissements étrangers.

A cet effet, Moussa Magassouba conseille.

« Pour toutes revendications, faites un écrit et adressez-le à la direction générale de la société à travers son département des relations communautaires. A défaut, écrivez au préfet ou au maire, ceux-ci sont vos représentants mais aussi les représentants de l’Etat à la base. Ils pourront porter vos revendications au niveau de l’entreprise »

Depuis le 5 septembre, les nouvelles autorités, sous le leadership du président du CNRD, Président de la Transition, Colonel Mamadi Doumbouya, beaucoup de réalisations ont été produites notamment dans le secteur extractif.

Le Ministre Magassouba souligne que ce secteur pourvoyeur de ressources à l’économie guinéenne a été assaini. En plus, un accord a été trouvé pour la création de la co-entreprise en vue du développement du projet du Simandou pour le bonheur de tous les fils et filles de la Guinée.  A cet égard, il s’est particulièrement adressé à la jeunesse au sujet de l’emploi.

« Les jeunes, vous voulez avoir de l’emploi, occuper des postes de responsabilité dans les entreprises, accepter d’étudier, de bien vous former, où, apprenez un métier et chercher à bien le maitriser. C’est ce qui vous permettra d’être travailleurs et responsables des sociétés minières qui sont implantées dans vos localités ».

Après cet entretien riche en enseignement avec les populations de Loyla, cap sur la sous-préfecture de Kodiaran, l’une des localités où est implantée la société Minière de Mandiana. Le ministre et sa suite en compagnie des autorités civiles et militaires de la Région administrative de Kankan se sont tout d’abord rendus sur le site où se sont produits les évènements malheureux avec pour conséquence, un vandalisme sans précédent des installations de ladite société.

Sur les lieux, le constat est désolant et triste. Plusieurs engins détruits irrécupérables et certains purement calcinés. Gouverneur, ministre ou autres de la délégation ministérielle n’ont pas manqué de s’indigner face à ce qu’on peut aisément appeler vandalisme. Des actes causés par les populations de Kodiaran contre sur les équipements et matériels de travail de la société minière de Mandiana.

« J’ai fait trois jours ici en train d’intervenir, ils ne m’ont pas compris. J’ai dit que force doit rester à l’Etat. C’est ainsi que j’ai instruit au préfet d’envoyer des agents des forces de l’ordre pour intervenir, mais ils sont venus trouver qu’il y avait beaucoup de personnes en colère. On a fait appel aux militaires, au nombre de 30 mais eux aussi n’ont pas pu. On a appelé d’autres renforts des CMIS et de l’Escadron Mobile d’intervention, mais eux aussi n’ont rien pu. C’est en ce moment que nous avons fait appel aux militaires. Quand ceux-ci sont venus, la situation avait atteint une autre dimension plus grave. Les femmes se sont mises à nu et ont avancer vers les militaires, ceux-ci tiraient en l’air pour les éviter mais elles, elles étaient en train d’avancer toujours. C’était une vraie rébellion. Les militaires étaient obligés de replier et c’est dans ça qu’une balle a touché un jeune. Ce qui s’est passé sur ce site est extraordinaire et décevant. Je suis encore triste » a expliqué dans un cœur serré le général à la retraite Aboubacar Diakité, gouverneur de Kankan.

Sur les lieux, les dégâts sont énormes. Des véhicules et des machines de valeur de plusieurs millions de dollars calcinés, d’autres cassés, de stock de carburant  et d’huile de moteur vidé, des bureaux saccagés, des batteries automobiles emportées, des installations électriques détruites. La scène est irréaliste, le site ressemble à un champ de combat.

Au regard des dégâts colossaux enregistrés, le gouverneur a fait savoir qu’il y a eu cinq cas d’arrestation dont les mis en cause sont déjà entre les mains de la justice de Kankan.

A Kodiaran où le ministre et sa délégation ont été reçus, les communautés se sont massivement mobilisées pour écouter le message du ministre des mines.

Moussa Magassouba, dans une communication franche et directe de plus d’une heure de temps, a déploré les cas de mort. Devant les sages, jeunes et femmes de cette localité, le ministre n’a pas manqué d’exprimer toute son indignation, sa déception et celle de l’Etat, suite à ces violences contre les investissements étrangers.

« Le constat est alarmant. 82 équipements vandalisés. Les plus chers coûtent trois millions de dollars chacun et les moins chers un million de dollar. Nous avons tous constaté l’immensité des dégâts, c’est insolite. J’ai passé mon message vis-à-vis de ces communautés. A leur tour, ces communautés ont pris l’engagement ferme que de tels agissements ne se reproduiront plus. Ce qui s’est passé, nous allons gérer la situation » a expliqué le ministre.

Dans leur message, le porte-parole des jeunes de Kodiaran a exprimé tout son regret suite à ces dégâts. Ibrahima Konaté a, au nom de la jeunesse, présenté des excuses publiques devant le ministre et a pris l’engagement que de tels actes ne se reproduiront jamais.

Par ailleurs, Ibrahima Konaté a exprimé le souhait de voir la libération des personnes arrêtées en marge de ces violences. Sur cette demande, la réponse du ministre des mines et de la géologie est sans équivoque: « Ce qui s’est passé, nous allons gérer la situation. Mais la procédure judiciaire engagée va poursuivre son cours normal. La justice est indépendante. Nous sommes dans un Etat de droit. Je n’ai pas à me prononcer sur des questions judiciaires ».

L’objectif c’était de faire cette constatation sur le terrain, formuler l’indignation des autorités guinéennes et recevoir des communautés l’engagement ferme que cette société tout comme toute autre qui viendra s’implanter dans cette région-là, sera farouchement protégée par ces mêmes communautés enchaine-t-il.

« J’ai aussi transmis le message de transformation qualitative que le CNRD a fait dans ce secteur depuis son avènement au pouvoir le 5 septembre 2021, à sa tête, le président de la Transition, le colonel Mamadi Doumbouya. Des réformes difficiles et courageuses produisant comme effet des résultats énormes. Le message pour moi était aussi d’insister que la quiétude et la paix doivent impérativement régner dans les zones minières, et surtout respecter et faire respecter les lois guinéennes mais aussi se rassurer que les communautés reçoivent la totalité des droits qui sont les leurs. A tous les niveaux, l’Etat va jouer son rôle dans la sécurisation de ces entreprises, leurs personnels nationaux ou expatriés et leurs biens » a conclu le Ministre des Mines et de la Géologie, Moussa Magassouba.

Service Communication et Relations Publiques

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre