A sa tête Souleymane Tall, directeur de l’intégration financière de ladite institution, la mission s’est entretenue le 30 novembre dernier avec des acteurs du secteur minier après ceux des finances, de la Banque centrale et du marché.

« On est là dans le cadre d’un projet qui consiste au développement d’un marché intérieur de la dette en Guinée. Comme vous savez, nous sommes l’institut monétaire de l’Afrique de l’Ouest, nous avons eu un financement avec la BAD, pour aider la Guinée et trois autres pays de la ZMAO à développer leur marché intérieur et avoir un marché secondaire de titre qui leurs permet d’être au même niveau que le Nigeria et le Ghana. Les miniers sont des acteurs très importants. Aujourd’hui, je ne sais pas comment ils gèrent leurs besoins et les excès de liquidités, mais ce marché leurs permettra d’avoir des véhicules pour gérer de manière plus efficiente leurs liquidités. Ça permettra aussi à l’Etat de gérer en toute confiance les fonds dont il aura besoin pour financer ses investissements. Il est important que les acteurs comprennent les enjeux et qu’on rétablisse la confiance. Ce marché aujourd’hui en Guinée est un marché pour les titres notamment, que ça soit les bons du trésor, les emprunts de l’État qui sont très sécurisés et qui sont garantis par la banque centrale », a- t- il expliqué.

Au cours de cette réunion de prise de contact qui s’est montrée très technique, il a été envisagé de développer la communication entre la Banque Centrale de la République de Guinée et les acteurs du secteur minier afin qu’ils comprennent qu’il y’a des possibilités de placement d’État à court, moyen et long terme en ce qui concerne les bons du trésor ou les emprunts obligataires.

Dans la même logique, des cadres du Ministère des Mines et de la Géologie ont recommandé le partage d’éléments de langage aux acteurs miniers afin qu’ils soient au diapason.

Le Chef de Cabinet du département, avant de clore la cérémonie, s’est réjoui de la qualité des débats. Gopounan Chérif a ensuite au nom de son excellence le Ministre Moussa Magassouba, remercié la délégation de l’IMOA et les acteurs miniers pour avoir pris part à la rencontre, avant de les rassurer du soutien du département des mines.

Déjà, un consultant a été recruté pour diagnostiquer la situation et préparer une feuille de route harmonisée.

Il est important de noter qu’en plus de la Guinée, trois pays de la ZMAO à savoir: la Gambie, le Libéria et la Sierra Leone sont concernés par ce projet.

Service Communication et Relations Publiques

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre