Le projet du Transguineen est et demeure, sans aucun doute, une priorité que le Gouvernement est entrain d’exécuter.

Le passage par le Liberia des productions minières de la Guinée ne concerne que le Nimba et d’autres projets mineurs proches de la frontière libérienne. Rien d’autre.

Il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais de « revirement » dans la position de l’Etat guinéen. Renoncer au Transguineen n’a jamais été une option dans les discussions avec le Liberia. D’ailleurs, l’Accord guineoliberien de 2013 définissant le cadre des discussions entre les deux pays est clair puisqu’il fixe avec précision les coordonnées (qui n’incluent pas Simandou) des gisements concernés par le transit au Liberia. Et puis il y a un projet (Simandou) déjà en cours d’exécution qui inclut le Transguinéen dans le cadre de Conventions ratifiées par le parlement Guinéen engageant toutes les parties signataires.

C’est un non sujet que de parler du Transguineen comme une option en examen, puisque c’est le seul choix pour l’évacuation du minerai de Simandou. Tout le reste n’est que pure spéculation partiale et partielle de ceux qui ne veulent pas voir la Guinée réaliser le plus grand projet transformateur de son histoire : le Transguinéen transportant la production des exploitations minières du Simandou et d’autres gisements, des produits agricoles, d’autres marchandises et des passagers jusqu’aux côtes guinéennes de Forecariah.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre