Le gigantesque projet d’exploitation des minerais de fer des blocs 1 et 2 du Simandou, prend résolument forme en Guinée. En témoigne l’adoption par le gouvernement, en Conseil des Ministres du jeudi 04 juin 2020, de la Convention de base, qui pose ainsi les jalons de cette exploitation par le Consortium SMB-Winning.

C’est le Ministre des Mines et de la Géologie, qui a développé les détails de ce projet de convention de base. D’entrée, Abdoulaye Magassouba a présenté ledit projet comme étant globalement conforme aux dispositions du code minier guinéen. Même si sa taille a amené le gouvernement à concéder certaines dérogations à l’investisseur.

Ainsi, la convention stipule que la première production commerciale sera atteinte dans un délai de 74 mois à compter de la date d’entrée en vigueur de la convention liant la Guinée à l’investisseur.

M. le Ministre Abdoulaye Magassouba a précisé que le Consortium SMB-Winning s’est déjà doté d’un chronogramme qui prévoit le démarrage immédiat des études et travaux de recherche afin de pouvoir soumettre à l’approbation de l’Etat, une étude de faisabilité dans un délai de 30 mois.

En effet, les travaux de construction de la mine, auront commencé six (6) mois après la validation de cette étude de faisabilité.

L’exploitation des blocs 1 et 2 du Simandou, se décline sous la forme d’un projet intégré avec un volet minier et un volet infrastructures. Abdoulaye Magassouba a ainsi expliqué au Conseil des Ministres que le volet infrastructures fera l’objet d’une convention ferroviaire d’une part et d’une convention portuaire d’autre part. L’investisseur, le Consortium SMB-Winning s’étant engagé à construire un chemin de fer d’une longueur de 679 km reliant la mine à un port en eaux profondes, d’une capacité finale de 80 Millions de Tonnes par an (MTPA) situé à Matakang, dans la préfecture de Forécariah, en Basse Côte. Une voie ferrée qui est appelée à être doublée à partir de 2038.

Ces volets minier et infrastructurel requièrent un investissement global estimé à 14 milliards de dollars américains. Sur fonds propres, le Consortium SMB-Winning investira six (6) milliards de dollars américains dans la réalisation du projet.

L’exploitation des blocs 1 et 2 du Simandou est une forte promesse d’avantages socioéconomiques pour la Guinée.

Tout d’abord, M. le Ministre des Mines et de la Géologie, a expliqué : l’Etat guinéen bénéficiera des avantages spécifiques à chaque étape de réalisation du projet, notamment en termes d’emplois, d’achats locaux et de revenus.

Les hypothèses retenues démontrent ainsi que les revenus directs de l’Etat sont estimés à 15,5 milliards de Dollars US sur les 25 ans que durera la Convention.

En fin, à l’attention du Conseil des Ministres, Abdoulaye Magassouba a indiqué qu’à ces estimations de revenus directs de l’Etat se grefferont ,tous les revenus et autres avantages liés aux activités économiques créées par le projet le long du corridor et au-delà .
DU POTENTIEL MINER AU DÉVELOPPEMENT CONCRET .
DONNER BONNE MINE A NOS MINES

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre