UNE GUINEE NOUVELLE EST POSSIBLE

ginnee-branding

𝐌𝐌𝐆-𝐅𝐎𝐃𝐄𝐋 : 𝐀𝐩𝐫è𝐬 𝐩𝐥𝐮𝐬 𝐝𝐞 𝐝𝐞𝐮𝐱 𝐚𝐧𝐧é𝐞𝐬 𝐝’𝐚𝐭𝐭𝐞𝐧𝐭𝐞 𝐥𝐚 𝐜𝐨𝐧𝐯𝐞𝐧𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐭𝐲𝐩𝐞 𝐝𝐞 𝐝é𝐯𝐞𝐥𝐨𝐩𝐩𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐥𝐨𝐜𝐚𝐥 𝐞𝐭 𝐥’𝐚𝐫𝐫ê𝐭é 𝐜𝐨𝐧𝐣𝐨𝐢𝐧𝐭 𝐌𝐀𝐓𝐃-𝐌𝐌𝐆 𝐬𝐮𝐫 𝐥𝐞 𝐅𝐎𝐃𝐄𝐋 𝐬𝐨𝐧𝐭 𝐬𝐢𝐠𝐧é𝐬 à 𝐁𝐨𝐤é.

Ce sujet a constitué durant des années, une préoccupation majeure du Gouvernement Guinéen. Une préoccupation dont l’idée principale est qu’à travers le Ministère des Mines et de la Géologie, l’exploitation minière devienne un réel levier de croissance socioéconomique de la Guinée en mettant un accent particulier sur la consolidation de la paix et de la cohésion entre les sociétés minières et les communautés impactées par les projets.

Pour réussir cet important pari, un instrument est mis en place. Il s’agit du Fonds de Développement Économique Local (FODEL). Cet instrument, devra permettre de donner une place centrale à l’appui des collectivités directement touchées par l’exploitation des ressources minérales en Guinée.

Présidée, par le Premier Ministre Chef du Gouvernement, M. Amadou Oury BAH, en présence des Ministres des Mines et de la Géologie, Bouna SYLLA; de la Ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle et de l’Emploi, Mme Aminata KABA; et du Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, Général 2ème Section Ibrahima Kalil CONDÉ, la signature de la convention type de développement local et de l’arrêté conjoint MATD-MMG relatif au FODEL, comporte douze (12) articles dont parmi eux, un donne pleinement le pouvoir à l’Agence Nationale de Financement des Collectivités (ANAFIC).

À cette cérémonie, une dizaine de préfets étaient présents, quatre Gouverneurs, les présidents des délégations spéciales, les représentants de la société civile, des sociétés minières et des cadres des départements ministériels impliqués.


Une cérémonie aussi importante et pour les autorités et les collectivités, le Ministre Bouna SYLLA, s’est voulu très rassurant dans son allocution, revenant sur les modalités de réparation et de gestion : « Mesdames et Messieurs et Responsables de sociétés minières, je voudrais profiter de cette tribune pour vous inviter vous et l’ensemble des collectivités et leurs représentants à suivre scrupuleusement les nouvelles prescriptions permettant de faire du FODEL un levier pour un développement socio-économique local harmonieux et durable.
Les nouvelles modalités de répartition et de gestion permettront de :
• Garantir une gestion transparente pour le bénéfice exclusif des populations impactées ;
• Disposer d’un mécanisme de gouvernance qui permet d’effectuer le suivi et le contrôle efficace sur la qualité de l’affectation des fonds et de leurs gestions.
Les montants alloués par les sociétés minières pour les périodes allant de 2021 à 2022, se chiffrent à date à 258 milliards 240 millions 590 mille 404 Francs Guinéens. pour l’ensemble des communautés impactées ». Le Ministre Bouna SYLLA, rassure ensuite qu’ « Avec les nouveaux mécanismes de gouvernance mis en place, ces fonds permettront d’insuffler substantiellement une croissance économique dans les zones minières à travers le financement de la réalisation des infrastructures socio-économique et des activités génératrices de revenus (AGR) pour les femmes et les jeunes. Les activités génératrices de revenus constituent la meilleure voie pour une plus grande autonomie permettant de réduire la dépendance des communautés vis-à-vis de l’activité minière ».

Pour sa part, Monsieur le Premier Ministre dans son discours est revenu sur « L’indispensable nécessite d’impacter la vie réelle des communautés ». Et de poursuivre en indiquant : « Tout ce qui est en train d’être fait maintenant, c’est la mise en œuvre de manière plus effective de la décentralisation ». Avec la relance du FODEL, l’ANAFIC a la lourde charge d’imprimer plus de rigueur et de transparence.

La dynamique est lancée afin que le contenu local soit perçu de la plus large et la plus expressive possible, en encouragent la formation et l’éducation. Aujourd’hui, il s’avère plus que nécessaire de rééquilibrer Mines et Agriculture en renforçant la petite paysannerie dans un souci de protection de l’environnement en vue de minimiser les impacts environnementaux.

Service Communication et Relations Publiques

Partager:

Facebook
Twitter
LinkedIn

Actualités Populaires